NEWS SCIENTIFIQUES

Les bienfaits d’une consommation régulière de café

Deux nouvelles études de grande ampleur affirment que la consommation de café est liée à un risque moindre de mortalité.

Avec environ 2,25 milliards de tasses absorbées quotidiennement, le café est la boisson la plus bue dans le monde, et ça ne risque pas de changer au regard des résultats de deux nouvelles études scientifiques. L’une américaine, l’autre européenne, elles ont paru le 10 juillet 2017 dans la revue médicale américaine Annals of Internal Medicine (1). Leurs auteurs affirment avoir constaté un lien entre la consommation de café et la longévité. Une plus grande consommation de café, même décaféiné, était liée à un risque moindre de mortalité. S’agissant d’études observationnelles, on ne peut cependant pas en déduire un lien de cause à effet, préviennent les scientifiques.

 Risques moindres de mortalité de toutes causes

La première étude (2) s’est basé sur les données, accumulées pendant 16 ans, de 521’330 hommes et femmes de plus de 35 ans provenant de dix différents pays européens. Cette analyse est la plus étendue jamais effectuée sur le sujet en Europe.

«Nous avons constaté qu’une plus grande consommation de café était liée à un risque moindre de mortalité de toutes causes, plus particulièrement de maladies circulatoires et du système digestif, annonce Marc Gunter, principal auteur de l’étude. Ces résultats étaient similaires dans les dix pays européens avec des habitudes de consommation et des cultures différentes.»(3)

L’étude «offre également des éclairages importants sur de possibles mécanismes expliquant les effets bénéfiques du café excluant la caféine», explique Marc Gunter. Le café est notamment riche en antioxydants, qui jouent un rôle important pour prévenir le cancer, estiment les chercheurs. Mais étant donné qu’il s’agit d’études observationnelles, on ne peut pas à ce stade recommander de boire plus ou moins de café.

Ces résultats laissent quand même à penser qu’une consommation modérée, jusqu’à trois tasses par jour, peut avoir des effets bénéfiques pour la santé. Il n’y a pas si longtemps, le café était classé comme cancérogène lié au cancer de la vessie par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En 2016, il a été déclassé. L’OMS estimant en outre que cette boisson réduisait le risque de tumeur de l’utérus et du foie.

Même constat aux Etats-Unis

Quant à l’étude américaine (4), elle a été menée sur 185 855 adultes de toutes origines, âgés de 45 à 75 ans, sur une période moyenne de 16 ans.

Ainsi, ceux qui boivent une tasse de café par jour, même décaféiné, auraient 12 % moins de risques de mourir de maladies cardiaques, du cancer, d’accidents vasculaires cérébraux, du diabète et de maladies respiratoires que ceux qui n’en boivent pas. L’association est encore plus forte pour ceux qui boivent deux à trois tasses par jour, le pourcentage grimpant à 18 %.

Résultats à relativiser

Kevin McConway, professeur émérite de statistique appliquée pour l’Open University de Milton Keynes au Royaume-Uni réagissait sur ce sujet en tant qu’expert auprès de Science Media Center (5). Selon lui, si ces études ont le mérite de montrer que le café n’est probablement pas mauvais pour la santé, elles ne le persuadent d’en consommer davantage. «Même si d’une façon ou d’une autre la consommation de café améliore en moyenne la santé des gens, aucune étude n’indique exactement le processus en marche.» Les études de ce genre ne peuvent pas dire grand-chose concernant quelles composantes du café auraient un effet protecteur sur la santé. Une chose est sûre, ce n’est pas la teneur en caféine, puisque l’association entre la consommation de café et la mortalité inférieure était presque la même si le café était décaféiné ou non.

Il est également intéressant de noter que «l’unité de mesure de la consommation de café est donnée en «tasse» dont la taille n’est pas clairement définie», poursuit Kevin McConway. Or, elle varie beaucoup selon les cultures. Dans l’étude européenne, pour être catégorisé dans le groupe des plus grands buveurs de café, il fallait en boire 750 ml aux Pays-Bas, contre 138 ml seulement en Italie ! «Cela a sans doute un rapport avec le type et la force de café qui diffèrent selon les pays, commente l’expert. Les tasses de café italiennes sont typiquement très petites et très fortes. Mais il est possible que d’autres facteurs soient en cause. Peut-être est-ce l’aspect social, le fait de boire du café en lui-même plusieurs fois par jour qui a un effet protecteur sur la santé, indépendamment de ce qu’il contient ? Ces études ne peuvent pas nous le dire.»

Sources :

(1) Deux nouvelles études pointent les bienfaits de la consommation de café, RTS, ats/mre, 11/07/17.

(2) Coffee drinking and mortality in 10 European countries: A multinational cohort study par Mark J. Gunter et al., Annals of Internal Medicine, 10/07/17.

(3) Avec ou sans caféine, un café à votre santé, Radio-Canada avec avec Agence France-Presse , 11/07/17.

(4) Association of coffee consumption with total and cause-specific mortality among nonwhite populations’ par Song-Yi Park et al., Annals of Internal Medicine, 10/07/17.

(5) Expert reaction to two studies looking at coffee consumption and risk of death, Science Media Centre (SMC), 10/07/17.

Les plus lus

Poisson d'élevage ou poisson sauvage, lequel est le plus sain ?

La grenade révèle une puissante molécule anti-vieillissement

Les fruits à coque seraient bons pour le coeur

Des épices au potentiel anti-inflammatoire

+20 000 produits
scannés par OpenFood.

Get the app now App